Retour à l'accueil aide aux parents
Les dossiersSéparationTélévisionPipi au litSexualitéAttentatsConcentrationMortSommeilLe projet ADPEGraphismeLangageLatéralité SpatialitéTemporalitéLectureDessins à colorier ContactPlan du site

Le concept de la mort chez l'enfant

la mort

Pour de nombreux enfants, la mort n'est ni naturelle, ni irréversible et est contagieuse. L'évolution du concept à travers les âges a beaucoup été étudiée, particulièrement en ce qui concerne

  • l'irréversibilité (la compréhension que la personne morte ne peut revenir à la vie),
  • l'arrêt de toutes les fonctions (toutes les activités sont impossibles pour la personne morte)
  • et l'universalité (compréhension que toutes formes de vie meurent).

La compréhension de la notion de mort par les enfants varie en fonction de l'âge :

De 0 à 3 ans

Chez les bébés, on parle d'une angoisse de séparation qui se décompose en trois phases : protestation, désespoir, détachement.

L'enfant attend le retour de son parent avec peur et colère, car pour lui la notion de mort n'existe pas, elle équivaut simplement à une absence. En effet, il résonne de manière concrète, et seule compte la présence physique du parent. Il ne peut imaginer une disparition irrémédiable.

De 3 à 6 ans

La mort est perçue comme étant temporaire et réversible, comme le sommeil ou une séparation (la personne est partie mais pourrait revenir).

L'enfant commence à appréhender la mort mais il pense que cela ne lui arrivera jamais, ni à ceux qu'il connaît et qu'il aime. L'amour de ses parents vient en effet le protéger, tout comme son amour protège ses proches.

Il croit en une mort réversible. Vie et mort ne sont donc pas opposées.

De 6 à 10 ans

L'enfant conçoit la mort comme étant irréversible mais pas universelle, il comprend ce qu'on lui dit de la mort et il peut en parler.

Elle est perçue comme normale pour les adultes, surtout les personnes âgées, mais pas nécessairement pour l'enfant ou ses proches.

Il apprend à gérer ses premières angoisses face à la mort. La mort des animaux, par exemple, est souvent un moment de confrontation forte avec cette réalité.

De 10 à 13 ans

À partir de neuf-dix ans, l'enfant développe une vision plus réaliste de la mort. Il comprend que toutes les fonctions s'arrêtent de façon permanente pour toutes les formes de vie.

Son esprit purement concret accède à la pensée abstraite, il commence à réfléchir sur le sens de la vie, et se pose des questions sur la mort, celle de ses parents, ainsi que la sienne.

Retour à la page principale du dossier