Retour à l'accueil aide aux parents
Les dossiersSéparationTélévisionPipi au litSexualitéAttentatsConcentrationMortSommeilLe projet ADPEGraphismeLangageLatéralité SpatialitéTemporalitéLectureDessins à colorier ContactPlan du site

Les cauchemars

sommeil

Qu'est ce que c'est ?

Il s'agit d'une mise en scène de ses peurs. Les cauchemars les plus classiques chez l'enfant sont peuplés de fantômes, de dragons et d'autres monstres aperçus au cours de la journée à la télévision ou dans les livres.

Parfois, ils expriment ses conflits intérieurs comme la jalousie d'un cadet, la sévérité d'un parent, etc.

Ça arrive quand ?

Les cauchemars sont très fréquents chez l'enfant, La plupart surviennent typiquement entre 5 et 8 ans et disparaissent après la puberté.

Il survient le plus souvent vers la fin de la nuit, au terme d'un cycle de sommeil, durant la phase de sommeil paradoxal.

Est-ce grave ?

Cela est bénin, en revanche, c'est la répétition qui doit inquiéter et faire rechercher un trouble psychopathologique sous-jacent.

Cela dit, ils sont très angoissants pour l'enfant, qui peut présenter des difficultés d'endormissement par crainte de "retomber" dans ces cauchemars.

Différence avec les terreurs nocturnes :

L'enfant pleure, gémit, appelle, mais est capable de raconter précisément un rêve effrayant à ses parents qu'il reconnaît. Il est totalement éveillé et bien orienté

Que faire ?

Lorsque votre enfant se réveille en proie à un cauchemar, apaisez-le, consolez-le et écoutez-le s'il souhaite décrire ce qu'il vient de vivre. Une fois rassuré, il devrait se rendormir sans problème. Il faut aider l'enfant à parler pour le rassurer et essayer de comprendre l'origine de ses angoisses.

Dans la journée, entamez une discussion de fond à propos de ses cauchemars. Rappelez-lui que les monstres n'existent pas, regardez avec lui les livres ou les films qui les abritent. et aidez-le à dépasser les peurs que ces créatures suscitent.

Aidez-le également à extérioriser ses frustrations et les conflits qui l'agitent. Expliquez-lui que sa réflexion se construit et que les cauchemars, étapes nécessaires, n'ont rien d'inquiétant.

Si vous percevez un vrai mal-être, lié par exemple à l'arrivée d'un petit frère dans la famille, évoquez avec lui cette situation, les changements qu'elle implique.

N'hésitez pas à consulter un psychologue.

Retour à la page principale du dossier